05/05/2008

Liste des adresses (2)

Le 11.02.2006 j'avais annoncé sur l'autre Blog que le syndic de ce moment avait autorisé la remise de la liste des adresses des copropriétaiore à tout copropriétaire qui le demande.

Mais  l'ordre de jour de l'AG 2007, envoyé quelques jours après, le subrogait à une autorisation de l'AG.

Cet AG de mars 2007 n'a pas eu lieu suite à la destitution du syndic le 21.02.2007 par le Juge de Paix et son remplacement par un syndic provisoire.

Vu des circonstances spécifiques l'AG de 2007 ni de 2008 n'a pas encore eu lieu. On attend un jugement du Juge de Paix quand à la présidence de l'AG 2007, vu que le syndic provisoire ne trouve pas de copropriétaire qui est assez neutre et impartial pour le présider. Le syndic provisoire a rejeté la candidature de ce copropriétaire, qui a présidé l'AG annuel du 15.11.2005 (annulé par le jugement du 21.02.2007), comme étant manifestement partial, pusique sa responsabilité est en cause.

Lors les débats en avril 2008 devant le Juge de Paix ce copropriétaire a accepté de renoncer à sa candidature et d'accepter la nomination d'un syndic provisoire hors ACP avec misison unique de présider l'AG 2007, tel que proposé par le syndic provisoire et accepté par moi.

Vu les plaintes de certains copropriétaires, qui sont probablement dèsinformés, le syndic provisoire est dans l'impossibilité de fournir cette liste, tant que l'AG 2007 n'a pas eu lieu. En plus il n'est pas certain de connaître les copropriétaires de certains lots.

Tant l'ACP que le syndic provisoire ont été cité en octobre 2007 pour me remettre cette liste. J'ai accepté de postposer la remise, sous condition que l'AG 2007 soit rapidement tenu.

Une citation par l'ex-président de l'AG annulé du 15.11.2005 a ralenti fortement la tenu de cet AG 2007. Son atitude lors de cet AG en février 2008 a obligé le syndic provisoire à refuser le vote de l'élection d'un président et d'aller lui-même chez le Juge.

Il ressort du Blog d'un copropriétaire dans une copropriété avoisinante, que cette liste  d'addresses doit être délivré. Dans son cas il a fallu l'intervention du SNP et une mise en demeure du syndic par un bureau d'avocats. Ses péripéties sont similaires à ceux que je rencontre ici.

Dans notre cas le CNIC suit notre situation de près. Le syndic précédent à fait ce qu'il fallait pour éviter la présence du président du CNIC lors la séance (maintenant annulé) du 15.11.2005.

Je suis persuadé si le président de l'AG avait liassé parler le président du CNIC, comme mon mandataire, en ma présence (sans que je parlais), alors ne serait pas arrivé où on est maintenant.

Et je rappele que j'ai pas su venir à temps à cette AG, tenu à une date et heure qui n'était pas traditionnelle, suite au fait (connu par le conseil de gérance) que je devais être impérativement à Anvers toute la journée jusqu'à 18h. Finalement je suis arrivé à l'AG une heure après le début.

Le seul sujet de cette AG était le constat de l'annulation de l'AG 2004 par le Juge de Paix, tel que demandé par moi, et l'exécution de ce jugement.

Les commentaires sont fermés.